Classement – les meilleurs pays pour diriger une entreprise en Europe

La Roumanie, la Hongrie et la Croatie sont les trois pays qui offrent les conditions les plus favorables aux petites et moyennes entreprises (PME) en Europe. Ils ont été classés parmi les 10 pays qui offrent la plus faible imposition des revenus des entreprises dans l’Union européenne.

Un faible taux d’imposition des revenus est important pour les entrepreneurs, mais l’imposition des dividendes l’est tout autant. Les avantages devraient également inclure un régime fiscal global abordable pour une entreprise, un faible niveau de bureaucratie, des règlements fiscaux et déclaratifs rapides et un faible risque d’abus public.

Classement
finale
Pays CIT
(taux le plus bas)
Impôt sur les dividendes
(taux le plus bas)
Bureaucratie
(moins de temps)
Corruption
(niveau le plus bas)
1 Roumanie 1 2 3 9
2 Hongrie 2 1 6 8
3 Croatie 5 4 4 7
4 Bulgarie 4 3 10 10
5 Pologne 3 8 9 5
6 Irlande 6 9 2 3
7 Estonie 10 5 1 2
8 République tchèque 8 6 7 6
9 Allemagne 7 10 5 1
10 Slovénie 9 7 8 4

Le classement ci-dessus est basé sur l’analyse de 10 pays européens sélectionnés sur la base des critères suivants :

  • taux d’imposition (IS et retenue à la source sur les dividendes) ;
  • impôt sur les dividendes ;
  • estimation du temps consacré à la bureaucratie ;
  • le niveau de corruption dans le pays.

Les taux d’imposition les plus bas pour les entreprises dans l’UE

Des taux d’imposition faibles sont l’un des principaux critères pour les PME. Plus l’imposition est faible dans une juridiction fiscale donnée, plus elle est attrayante pour un entrepreneur. Des taux d’imposition relativement faibles existent dans 10 pays de l’UE.

Pays Taux de CIT TVA
(taux
standard)
Impôt
dividende
(WHT)
Sélectionné :
avantages et réductions/
commentaires
Chiffre d’affaires & lt ; 1 million d’euros Chiffre d’affaires & gt ; 1 million d’euros
Bulgarie 10% 20% 5% – exonérations fiscales dans les communes ayant un taux de chômage élevé

– réduction de l’impôt pour les sociétés de jeux d’argent
(8-12%)

Croatie 10% 18% 25% 10% – 50% de réduction de la TVA – pour ceux qui investissent dans le développement des zones économiques libres (au moins 1.000.000 kunas)
République tchèque 19% 21% 15% – système convivial d’imputation des dépenses aux coûts fiscaux
– coûts élevés de la sécurité sociale
Estonie 0%
(sans paiement de dividendes)
20%
(lors du paiement des dividendes)
18% 14% – remboursement de la TVA jusqu’à une semaine de travail
– pas de cotisations de sécurité sociale
Irlande 12.50% 23% 25% – taux de CIT plus élevé de 25 % pour les revenus d’investissement

– une réglementation fiscale pratique et simple

Allemagne à propos de 15.825%
(taux effectif avec majoration de solidarité 5.5%)
19% 25% – taxe supplémentaire Gewerbesteuer – montant fixé par les municipalités, exonéré jusqu’à 24 500 EUR

– Le Gewerbesteuer ne s’applique pas aux professions libérales

Pologne 9%
(recettes & lt ; 2 millions d’euros)
19%
(recettes & gt ; 2 millions d’euros)
23% 19% – changements fréquents de la réglementation fiscale
– un CIT plus faible pour les petits entrepreneurs
Roumanie 1% or 3%
(sur les revenus)
16%
(sur le revenu)
19% 5% – 1% d’impôt sur les revenus avec au moins 1 employé
– entreprises technologiques exemptées de l’impôt sur les bénéfices des activités de R&D
Slovénie 19% 22% 15% – un taux d’amortissement plus élevé pour les machines
– un allégement fiscal favorable pour les investissements
Hongrie 9%
(recettes & lt ; 1,68 million d’euros)
19%
(recettes & gt ; 1,68 million d’euros)
27% aucun – pas de retenue à la source sur les dividendes
– TVA élevée

Les taux d’imposition sur le revenu (ou sur les recettes) parmi les pays sélectionnés vont de 1 % à 20 %. Cependant, ce n’est qu’un point pour évaluer la rentabilité de faire des affaires dans un pays spécifique. Les économies réelles sur les charges fiscales dépendront de plusieurs aspects, dont les suivants, sans toutefois s’y limiter

  • les revenus réels ou prévus ;
  • le montant des coûts engendrés par l’entreprise et la possibilité de les déduire des revenus ;
  • les exonérations et réductions fiscales disponibles dans le pays ;
  • le montant de la retenue à la source sur les dividendes versés.

Où pouvez-vous économiser sur les impôts ?

Prenons un exemple pour comprendre le montant de la charge fiscale totale dans chaque pays.

En supposant que les recettes annuelles de la société s’élèvent à 500 000 EUR, que les coûts s’élèvent à 250 000 EUR et que le dividende versé s’élève à 100 000 EUR, l’impôt dû serait le suivant :

Pays CIT
(en milliers d’euros)
Impôt sur les dividendes
(en milliers d’EUR)
Total
(en milliers d’euros)
Roumanie 5 5 10
Hongrie 22,5 22,5
Bulgarie 25 5 30
Croatie 25 10 35
Pologne 22,5 19 41,5
Irlande 31,25 25 56,25
République tchèque 47,5 15 62,5
Slovénie 47,5 15 62,5
Estonie 50 14 64
Allemagne 39,5625 25 64,5625

Lorsque nous comparons les charges fiscales de différents pays aux impôts payés en Pologne, nous pouvons constater que les entreprises peuvent économiser de 6 000 à 31 000 euros par an.

Le taux de l’IS en Pologne a été réduit à 9 % des revenus depuis 2019. Cet impôt est comparable dans sa hauteur à ceux fonctionnant en Bulgarie ou en Croatie. Toutefois, la Pologne applique un taux d’imposition relativement élevé sur les dividendes (19 % + 4 % de taxe de solidarité au-delà d’environ 222 th. d’euros). Parmi les pays mentionnés ci-dessus, seules l’Allemagne et l’Irlande appliquent un impôt plus élevé (25%). La retenue à la source sur les dividendes ne doit pas être payée du tout en Hongrie. En Roumanie et en Bulgarie, un impôt de 5 % doit être payé sur ce paiement.

Si l’on considère la charge fiscale totale résultant de l’impôt sur les sociétés et de l’impôt sur les dividendes, la Roumanie, la Hongrie et la Bulgarie sont les pays qui offrent le moins d’avantages.

Temps consacré à la bureaucratie

L’un des aspects supplémentaires de l’évaluation du système fiscal favorable d’un pays donné est l’estimation du temps annuel consacré à ce qu’on appelle la bureaucratie. Les rapports Doing Business contiennent des informations sur le temps consacré aux règlements et paiements fiscaux dans les pays de l’Union européenne. Les rapports actuels incluent des données à partir de 2020.

Pays Durée annuelle (h)
Estonie 50
Irlande 82
Roumanie 163
Croatie 206
Allemagne 218
Hongrie 227
République tchèque 230
Slovénie 233
Pologne 334
Bulgarie 441

C’est en Estonie et en Irlande que l’on consacre le moins de temps aux déclarations fiscales. En Roumanie, ce temps était deux et trois fois plus long, sans toutefois dépasser 170 heures par an. La Bulgarie s’est avérée être le leader de la bureaucratie parmi les pays mentionnés, avec plus de 400 heures par an consacrées aux règlements fiscaux. La Pologne est juste derrière – au cours de l’année dernière, les entrepreneurs y ont passé plus de 300 heures sur des questions fiscales.

Niveau de corruption

Faire des affaires peut également être affecté par le niveau de corruption dans un pays. La corruption expose l’entreprise à une augmentation des coûts imprévus, ce qui réduit les marges de vente. Elle rend également difficile de « cacher » de tels événements dans les résultats financiers.

Le rapport sur le niveau de corruption dans le monde a été préparé par Transparency International. Il attribue des points de 0 à 100 pour chaque pays. Plus le score est élevé, plus le niveau de corruption dans un pays donné est faible.

Pays Points
(niveau le plus bas de corruption)
Allemagne 80
Estonie 75
Irlande 72
Slovénie 60
Pologne 56
République tchèque 54
Croatie 47
Hongrie 44
Roumanie 44
Bulgarie 44

Le risque de corruption le plus faible se trouve en Allemagne, en Estonie et en Irlande. On peut noter que les pays ayant les taux d’imposition les plus bas (jusqu’à 10%) ont un niveau de corruption plus élevé – inférieur à 50 points. Quatre des pays susmentionnés ont été évalués de cette manière : la Croatie, la Hongrie, la Roumanie et la Bulgarie.

Résumé – choix de la juridiction fiscale

Le choix de l’emplacement d’une entreprise dépend de nombreux facteurs.

Si un entrepreneur souhaite avoir la charge fiscale la plus faible possible, il vaut la peine de vérifier le caractère abordable de la législation fiscale. En outre, on trouve souvent des impôts faibles dans des pays où le risque d’escroquerie publique est plus élevé. Parfois, des taux d’imposition légèrement plus élevés peuvent également être acceptables. Par exemple, un État particulier peut offrir de nombreuses possibilités de déductions pour les entreprises, en plus d’une faible bureaucratie.

La Roumanie, qui occupe la première place du classement, semble être un choix optimal. Parmi les pays susmentionnés, aucun ne propose un impôt sur le revenu ou sur les bénéfices de 1 %. Il est nécessaire de payer un impôt sur les dividendes, même si le taux est généralement deux à cinq fois inférieur à celui de nombreux pays.

Le montant total des économies réalisées sur la charge fiscale en Roumanie est important au cours de l’année. Le temps consacré à la bureaucratie est également l’un des plus faibles parmi les pays analysés. Le plus gros inconvénient semble être le risque de corruption dans ce pays, mais la probabilité que ce risque se matérialise est encore faible pour les PME. Toutefois, il faut tenir compte du fait que ce phénomène existe dans tous les pays. La menace de la corruption ne peut être complètement éliminée nulle part.

Si vous êtes intéressé par la création d’une entreprise en Roumanie, contactez-nous. Notre équipe a déjà créé près de 100 entreprises en Roumanie.

Low income tax EU states

We can help you!

All-inclusive service

Check out our services and enjoy your business.